• MES ECRITS

    Mes écrits

     

    Mes poèmes, mes nouvelles, mes textes & mes contes

     

  • Le Royaume de Féerian (ma nouvelle)

     

    texte : Florence Marquise - 8 juillet 2006

     

     En cette époque lointaine, le printemps accueille le chant des oiseaux, tandis que Dame Nature retrouve de beaux paysages, la verdure fleurissant champs, forêts et campagnes. Un soleil moins timide ose à nouveau s'attarder sur la terre gelée par de longs mois hivernals, réchauffant de ses rayons tous les humains et les animaux.

    Un beau jour de printemps, a lieu un grand mariage au Royaume médiéval répondant au nom de Féerian. Et quel Royaume ! Situé dans la verte région de Bretagne, près d'une forêt semblable à celle de Brocéliande qui livra, autrefois, des légendes celtes bien intéressantes. Le peuple de Féerian se compose de seigneurs élégants, gentes dames et damoiselles portant des belles toilettes. Tous demeurent dans des châteaux-forts aux tours dominantes la campagne bretonne. Plus loin, on trouve les demeures des petites gens modestes, voire pauvres.

    Tout le Royaume s'est paré de ses habits de fête pour assister aux noces du Seigneur Egan et sa promise - une modeste jeune femme sans le moindre sang royal - Dame Ondine. Tous deux ont fière allure ; lui, vêtu d'un habit noir et blanc, arborant un catogan et, parmi ses bijoux, une superbe chevalière en or représentant une fleur de lys. Elle, rayonnante dans sa longue robe en satin et velours pourpre, bordée de fils d'or, manches amples, faisant ressortir sa peau blanche à souhait, coiffée d'un diadème argenté et d'un voile blanc, tenant dans ses mains un bouquet de fleurs de lys. Tous les regards se portent sur cette jeune dame de grande beauté au bras de son bien-aimé fort attrayant lui aussi.

    Le mariage a lieu dans une église de style Gothique et Romane ornée de superbes vitraux, statues, et illuminée de cierges. Après la messe clôturant la cérémonie romantique, le couple sort de l'église, suivi par la famille du Seigneur Egan et aussi des amis. Les cloches tintent dans le Royaume que le soleil s'évertue à brûler. Tout le monde se rend ensuite festoyer. Un banquet les attend dans la grande salle du château du Seigneur Egan. Ménestrels et troubadours s'empressent d'égayer le repas de noces, accompagnés de certaines convives, ainsi que des cracheurs de feu, mimes, danseuses et même poètes. Tout ceci est fort distrayant pour les jeunes époux. Ils ouvrent le bal, dansant  jusque tard dans la nuit. Dehors, les étoiles envahissent le ciel d'encre, tandis que la lune offre sa blancheur au Royaume de Féerian.

    Au crépuscule, le Seigneur et sa dame vont se promener dans la forêt pour s'enivrer du calme de cet endroit majestueux, écoutant les chants des hiboux et autres créatures nocturnes. Le Royaume s'est peu à peu endormi, gardé et sécurisé. Egan et Ondine rentrent tard au château pour leur nuit de Noces, enfin seuls.    

     

    Le lendemain matin, on réveille le Seigneur Egan pour l'avertir que des ennemis vont envahir le Royaume, voulant s'emparer des terres appartenant aux parents d'Egan. Il doit donc aller défendre son Royaume et guerroyer, délaissant son aimée à contre-coeur. Accompagné de sa garde personnelle, il s'en va affronter l'ennemi qui arrive à cheval. Les terres sont vastes et Egan et ses hommes doivent prendre leurs chevaux, armés. De vaillants guerriers prêts à risquer leur existence. Pour Féerian. Pour la populace. Tandis que les ennemis ont envahis les terres et que l'on renforce les murailles fortifiées protégeant le Royaume et son château immense, le ciel s'assombrit , devenant menaçant l'après-midi.

    Du haut de sa tour, nez collé contre la fenêtre aux ogives, Ondine entend, inquiète, l'orage gronder au loin et observe le ciel chargé de sombres nuages. Le vent se lève rapidement et, soudain, le déluge s'abat sur le Royaume. Elle pense sans cesse à son époux partit depuis plusieurs heures, à cinq kilomètres d'ici. Et elle a peur, détestant l'orage surtout depuis cinq années ; la foudre a tué son père, un druide, qui s'en revenait d'une promenade en forêt. Peu de temps après, elle perdit sa mère. Celle-ci ne s'était pas remise de cette disparition brutale et décida de rejoindre son époux dans l'Autre Monde, laissant Ondine désemparée. Elle aimait tant ses parents ! 

    Elle voit rarement sa soeur aînée, Isabelle, car toutes deux s'entendent mal. Sa soeur vit en Espagne et a épousé voici dix années un artiste-peintre (Juan-Carlos Marquès Lorenzo) et ils ont deux enfants.

    Dans l'après-midi, tout le château est en effervescence car deux hommes de l'armée du Seigneur Egan reviennent à cheval pour aviser ses parents, le Seigneur Montérik et son épouse Dame Madeline, que l'armée mène dure bataille contre l'ennemi résistant et beaucoup d'hommes laissent leur vie. Egan lui-même est grièvement blessé et a fait envoyer deux de ses chevaliers les plus robustes au château. Le repas du soir est donc interrompu. Ondine veut absolument aller auprès de son époux et appelle sa dame de compagnie pour qu'elle lui apporte sa cape et ses gants. Tout comme cette femme, ses beaux-parents supplient Ondine de ne point sortir par ce vilain temps et la bataille fait toujours rage. C'est donc grand danger pour elle. Entétée, la jeune dame tient prestement à rejoindre Egan et personne ne pourra l'en empêcher. Le carrosse l'attend au pied du château-fort, sous une pluie battante. Les éclairs continuent de zébrer le ciel chargé et, soucieuse de la vie de son bien-aimé, Ondine en oublie sa phobie de l'orage. Sous les regards inquièts, elle sort du château-fort et s'engouffre dans le carrosse, aidée par le cocher.

    Un peu plus tard, le carrosse arrive sur le lieu de bataille. Heureusement, la pluie vient de cesser et l'orage s'éloigne. L'endroit respire la fureur et la fumée car l'ennemi a brûlé plusieurs chaumières, s'en prenant à de pauvres gens, avant de s'attaquer à l'armée royale. Vision de blessés et de morts gisants à terre. La bataille a cessé. Suivie de deux cavaliers qui descendent de cheval (ceux-là même qui sont venus l'avertir), Ondine accourt auprès des malheureux blessés, priant le ciel pour qu'aucun ne soit Egan. Hélas, il est trop tard. Horrible vérité. Egan a succombé - comme beaucoup - sous un coup d'épée fatale, la lame glaciale lui ayant transpercé le coeur. Ondine le retrouve inerte sur l'herbe parmi d'autres hommes, son bel habit de velours bleu roy est maculé de sang. Il a rendu son dernier souffle il y a peu et Ondine ne peut même pas lui dire adieu.

    Serrant l'amour de sa vie contre elle, la jeune femme sanglote puis se met à crier de désespoir et de haine, offrant au ciel sa douleur d'avoir perdu Egan. La voici veuve au lendemain même de ses noces.   

    Le corps du brave seigneur est ramené le soir au Royaume de Féerian. Le lendemain, on l'inhume dignement, sous un ciel nuageux sans soleil. Triste journée. La cérémonie réunie tout le Royaume et l'on soutient Ondine, le Seigneur Montérik et Dame Madeline dans cette terrible épreuve. Egan était apprécié de tout le monde, même des petites gens, car il était bon et généreux. On le pleure donc.

    Comme ses beaux-parents, Ondine porte du noir. Elle a revêtit une longue robe de velours noire, une coiffe dotée d'un voile sombre masque son visage ravagé par la tristesse. Elle a si mal. Ses beaux-parents la soutiennent car elle risque de défaillir. Funérailles poignantes. Les cloches du Royaume sonnent le glas à la fin de la cérémonie.

    Ondine s'attarde plus que les autres sur la tombe d'Egan. Celui-ci repose désormais au cimetière situé près du Royaume et sa sépulture est la plus fleurie. Tandis que tout le monde quitte le cimetière, Ondine reste seule et pleure toutes les larmes de son corps. Jamais elle ne reverra son cher époux. Il était jeune encore ( trente-sept ans - elle, en a trente-cinq). Jamais il ne pourra lui donner d'héritiers, la descendance dont il avait rêvé depuis qu'il rencontra Ondine...

    Elle hait les guerres, la violence et les armes. Pourquoi faut-il que tout ceci existe ! Ce ne sont que des inventions stupides et futiles des hommes. Depuis des siècles, le sang coule, les êtres souffrent inutilement sur cette terre. Ondine n'éprouve que dégoût et révolte envers tout cela. Comme elle maudit les hommes qui ont tué son époux et également plusieurs cavaliers. Eux aussi, on les pleure.

     

    Qu'il pleuve ou qu'il vente, du matin au soir, Ondine passe des heures au cimetière, prostrée sur la tombe d'Egan. Elle en oublie de se nourrir, a perdu le sommeil et il lui semble que le deuil est insurmontable. Ses beaux-parents s'inquiètent pour elle, l'appréciant beaucoup, comme leur propre fille. La vie au Royaume a reprit son cours malgré tout.

    On croise souvent la silhouette sombre d'Ondine qui ne se pare plus que de noir, désormais. La mort lui a arraché Egan, comme elle a prit son pauvre père et puis sa mère qui s'était laissée mourir de chagrin. Mais que faire contre la Faucheuse ? Elle prend les âmes qu'elle veut et tout mortel reste impuissant face à elle. Cela dit, à force de maudire la terre entière, Ondine perd toute sa douceur et sa gaîté, devient taciturne et sombre d'esprit.

     

    Un soir, revenant du cimetière, elle traverse la forêt de Féerian sous le regard des hiboux. La lune éclaire la forêt. Ondine se rend à la cabane abandonnée qui avait appartenu à sa grand-mère paternelle, une vieille sorcière qui fut chassée du Royaume car la populace redoutait ses pouvoirs et sa magie. Ondine ne se sent plus à sa place au château. Elle a trop de haine en elle et le sang qui coule dans ses veines a toujours été celui d'un druide, fils d'une sorcière, et d'une noble que son père avait épousé malgré les foudres de sa famille qui avaient toujours été contre cette alliance qu'elle jugeait impossible.

    Ondine décida de s'installer dans la cabane. Personne n'a osé se l'approprier et l'endroit est resté tel que son aïeule l'a laissé à son départ pour le monde des défunts. Ondine n'a plus envie de retourner au château, bien qu'elle apprécie ses beaux-parents. C'est comme si elle veut effacer tous les souvenirs. Son âme de sorcière a prit le dessus désormais, et elle n'est plus comme avant. Elle est capable de se défendre si l'armée ennemie du Royaume - et d'autres guerriers - s'approchent. Elle les détestent car ce sont des hommes rustres, vils, terrorisant les petites gens, les tuant après avoir tout brûlé derrière leur passage. Ils sont sans foi ni loi et, à cause des guerres qu'ils livrent dans tous les royaumes, la paix n'est plus. Il est temps qu'un nouveau roi soit élu. Le précédent roi, Thibaut de Loribent, périt d'une épée il y a un an et depuis la violence règne un peu partout. Le Royaume de Féerian est un les moins touché et on trouve tout de même un peu de tranquillité.

    Le Seigneur Montérak, père d'Egan, a renforcé sa grande armée pour assurer davantage la défense de son Royaume. Son épouse et lui ignorent où se trouve leur bru et espèrent qu'il ne lui est pas arrivé malheur. Cela fait plusieurs semaines qu'ils ne l'ont pas revu au château, ni même aux alentours...

    De temps en temps, le soir ou même la nuit, certains habitants de Féerian aperçoivent Ondine à l'allure de sorcière se rendre au cimetière. Elle reste des heures devant la tombe de son bien-aimé, sa mince silhouette sombre ramassée sur elle-même, une rose à la main. Jamais elle ne se remariera, refusant de remplacer Egan.

    A la cabane, elle a pour unique et nouvelle compagnie un corbeau. Ondine attend le jour où elle retrouvera les siens dans l'Autre Monde ; c'est tout ce qui lui importe, désormais.

     

        Un jour d'hiver, la paix règne enfin sur tous les royaumes et, à nouveau, on peut festoyer et danser à souhait. A Féerian, un roi succède à Thibaut de Loribent : Samuel, un grand Seigneur de sang royal. Il aime organiser de grands banquets et des bals chaque samedi. Ondine se tient à l'écart de toute cette liesse générale ; elle n'a point le coeur à rire, pas remise de la perte de son époux...

    Une nuit, alors que la neige retombe, Ondine s'endort, gelée dans sa cabane. Une lumière bleutée éclaire la petite habitation et apparaît une fée, puis d'autres fées. Elles emmènent le corps inerte de la jeune femme sur un tapis d'étoiles argentées  et la dépose loin d'ici, dans un monde différent où vivent tous les défunts...Un monde de paix. Egan s'y trouve, ainsi que les parents d'Ondine. Les ayant retrouvé, elle peut enfin se libérer de ses tourments, définitivement apaisée.

             


    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique